L’art de raisonner – Conférences de Cambridge (1898) – Ch. S.Peirce

Notes de lecture
 
Ch.S.Peirce a tenu une série de huit conférences à Cambridge en 1898. La cinquième conférence traite de « l’art de raisonner » envisagé comme une pratique méthodique. Dans cette conférence Peirce indique les pistes d’une discipline pour celui qui souhaite cultiver l’art de la pensée. Son exposé apparaît étonnamment moderne. En effet, il préconise une pensée qui allie une pratique de l’observation des qualités sensorielle et esthétique, de l’expérimentation et de la logique. Cette proposition présente des convergences avec des pratiques actuelles qui impliquent les trois dimensions de l’émotionnel, du corps et du mental. 
Ce texte est cohérent avec la philosophie pragmatique de Peirce mettant en relation ternaire trois catégories qui a nommée priméité pour qualité, secondéité pour le fait, tiercéité pour la loi, la règle. Tout comme, ces recommandations sont en accord avec sa théorie sémiotique ternaire.
Les points essentiels de la conférence :
L’auteur identifie trois opérations mentales à tenir en compte à tout qui veut développer ses capacités de pensée. Ces trois opérations mentales sont
  • l’observation,
  • l’expérimentation et
  • l’habituation.
L’observation se divise en deux parties :
  • l’observation par discrimination des qualités sensibles et esthétique, et
  • l’observation par association ou représentation schématique.
L’observation est de trois genres différents :
  • L’observation de la qualité des objets,
  • l’observation des faits relationnel et
  • l’observation entre les parties d’une image (système, formes et idées)
L’observation des qualités sont de deux ordres :
  • les qualités sensorielles et
  • les qualités esthétiques.
L’expérimentation
L’élément essentiel dans l’expérimentation est l’énergie, la persévérance, le travail et la volonté.
L’expérimentation est une pratique de l’abstraction, entendue comme l’immobilisation d’éléments, de faits comme objets de la pensée.
L’expérimentation exige de l’ingéniosité, du flair et de la persévérance.  L’ingéniosité fait appel à l’imagination créative, le flair a pour fonction d’écourter le travail.
L’habituation
L’habituation se définit comme la faculté de prendre et de perdre aisément des habitudes. Au niveau de l’habituation, trois sortes d’exercices sont appropriés :
  • Les exercices de division et de classification
  • Les exercices de définition et analyse des idées
  • Les exercices de résumés de théories.
Enfin, Peirce nous invite le penseur à se garder de trois erreurs fondamentales :
L’hypothèse la plus probable est la meilleure (abduction)
Ne pas raisonner du tout (déduction)
Prendre la propriété d’un échantillon et l’appliquer à l’ensemble (induction)

Source : Le Raisonnement et la Logique des choses – Les Conférences de Cambridge (1898) – Charles Sanders Peirce, Christiane Chauviré, Pierre Thibaud

Laisser un commentaire